Le Cape to Cape Track à Margaret River, récit d'un forfait magistral

135 kilomètres. Des paysages côtiers époustouflants, des plages de rêve, des forêts secrètes… Haaa mais que voilà un challenge qu'on veut bien le relever ! Depuis notre tentative infructueuse du Skye Trail, nous n’avions pas encore eu l’opportunité de faire un trek. Là, on l'a voulue, on l'a eue…

Le jour d'avant : nous décidons de relever le défi le 16 mars dans l’après-midi.

 Nous sommes excités, nous préparons nos sacs et achetons les encas. Le plus dur à trouver sur le chemin sera l’eau potable, nous porterons donc sur nous 4 litres par jour et par personne. Une dernière douche froide à Busselton, une nuit sur les sièges avant de Choco à Dunsborough pour ne pas se prendre d'amende et le jour J est là !

 

Jour 1 : le réveil a sonné à 5h30. Un bon dernier petit-déjeuner au soleil levant et nous avons fait route vers le phare de Cape Naturaliste où commence le trail. Après les derniers préparatifs, nous avons commencé à marcher à 9h45. 

Le paysage a été parfois, souvent, monotone au gré des 19km que nous avons réalisé ce-jour. Joli, certes, mais monotone. Et le sable sur le sentier et les plages entières à traverser avec nos sacs de 8 à 10kg n'ont pas rendu la chose facile. Mais nous sommes restés motivés ! 

Après 8h de marche, nous avons monté le campement à 17h45 juste avant Rotary Lookout, à Canal Rocks Road. Nous avions mal partout, et nos noodles ne nous ont pas comblés mais nous étions au taquet !

 

Jour 2 : une vraie surprise, aucune douleur au réveil à 5h ! Nos 10h de sommeil nous ont réparés ! Après le petit-déjeuner, nous avons commencé à marcher à 7h45… 

Cette journée a été…pas tout à fait ce que l’on aurait voulu. 

Nous avons randonné sur 29km pendant 10h et avec quelques 800 mètres de dénivelé.

 Le paysage changeait par endroits mais restait en gros le même, ce qui, au gré des kilomètres, et sans aucune vie animale (10 dauphins, 15 kangourous, 6 lézards… aucun oiseau, rien !), rend la route mortellement longue et monotone. 

 

Nous étions complètement morts le soir, fourbus, reclus de douleurs. Nos chevilles et pieds souffrent beaucoup de la marche sur le sable qui constitue plus de 90% du sentier. Une vraie torture physique et mentale car on a alors l’impression de ne jamais avancer.

 

Notre arrivée du jour s'est faite à Gracetown. Vu notre état d’épuisement et le fait que nous ne pouvions monter notre campement de jour au risque de nous prendre une amende, nous nous sommes fait plaisir avec une bière et un fish and chips… que nous avons partagés vu le prix exorbitant. Nous avons pleuré pour remplir nos bouteilles d'eau potable (le village vit de l'eau de pluie, ils se font livrer l'eau potable, donc chère et précieuse denrée). 

Nous avons fini par monter notre tente dans un petit parc, cachés, près des toilettes où nous avons enfin pu nous laver les aisselles, les jambes noires de poussière et de sable et les fesses ! 

 

Jour 3 : le réveil a été plus dur que prévu à 5h. Les douleurs aux chevilles étaient toujours là. Malgré tout nous avons persévéré. Et nous sommes mis en route tant bien que mal. 


Le paysage était toujours aussi monotone, malgré le fait que les plages étaient belles. La houle de 5m et les vagues cassantes rendaient le tout très bruyant et littéralement saoulant. 


Un passage par Ellenbrook, sa superbe forêt, sa grotte, sa cascade et son calme a été un soulagement pour nos pieds et nos cerveaux. Nous nous y sommes même fait offrir une poire et une pomme par trois marcheurs qui allaient pique-niquer ! 


Mais au bout de quelques 5h de marche et 15km, mon mollet à rendu l’âme et mes pieds criaient grâce. Le calvaire avait commencé 3h plus tôt, et là mon corps disait stop. 


Je ne suis pourtant pas une débutante de la rando, mais j'ai commis une erreur magistrale. Je n'avais encore jamais marché si longtemps et avec autant de poids avec mes Altra LonePeak 3.0. Ce sont des chaussures géniales pour les doigts de pied et le fait que ce soit des chaussures plates, donc meilleures pour les tendons. Mais comme nous sommes habitués depuis toujours à des chaussures qui ont un talon léger, même de quelques millimètres, il faut deux semaines d'adaptation aux LonePeak en les portant tous les jours… et les tongs, ca compte pas ! J'ai fait une erreur de novice et j'ai forcé ma chance…


Matt commençait aussi à en avoir marre du sable, même si ses pieds sont habitués aux chaussures depuis longtemps. 


Alors, à 4.5 km de la traversée de l'embouchure de Margaret River (sur la plage !) nous avons déclaré forfait et abandonné notre challenge, la mort dans l’âme pour moi, le cœur heureux pour Matt. 


En l'espace de 3 voitures sur une vingtaine en 1h30, nous sommes revenus en arrière auprès de notre Chocolatine en stop. J'ai d'ailleurs perdu mes excellentes tongs dans l'histoire… 


Et là s'est terminée notre épopée…

Nous avons au total fait 63km sur les 135km, en 23heures de marche, soit quasiment la moitié ce qui est déjà bien de l'avis de Matt, pas assez de mon point de vue !


Le plus pénible aura été le sable omniprésent et les paysages monotones. Nous adorons la côte, l’océan, les plages, mais il n'y avait que peu d’endroits pour vraiment en profiter, et le manque d'animaux s'est fait cruellement ressentir. 


Nous ne resterons pas sur cette défaite… il y a encore trois ou quatre treks qui nous tendent les bras en Australie, d'autres en Nouvelle-Zélande et beaucoup en Écosse et en Irlande quand nous rentrerons !







Écrire commentaire

Commentaires : 0

Suivez-nous sur Facebook :

Vous êtes plutôt Twitter ? Cliquez par ici et voyez nos derniers tweets !

Qui nous sommes ...

 

Nous, c'est Lucile & Matt, deux jeunes trentenaires (ou presque pour Matt), amoureux des grands espaces, fadas de randonnées et de treks, aimant escalade et VTT. 

Nous voyageons un peu partout mais commençons juste à découvrir le monde, tranquillement, selon nos envies et notre rythme.

Suivez-nous avec des récits saupoudrés de photos avec quelques éclats de vidéos, 


Quel.le pays/région vous intéresse ?

 

- Australie

- Géorgie, USA