Le périple trans-Atlantique... chapitre 1

Dimanche 18 décembre 2016 : 

Voilà maintenant trois bons mois que nous avons décidé de quitter la région parisienne une fois les études de Matt finies afin de profiter une dernière fois d'un PVT... en Australie. Voilà une semaine que j'ai donné ma démission au poste de professeur d'anglais contractuelle en collège. Voilà  un mois que notre propriétaire sait que nous ne serons plus dans l'appartement au 31 décembre. Et voilà deux mois que nous avons annoncé à nos familles que nous allions partir une fois de plus.

Oui ... mais... à trois semaines du départ, nous ne savons toujours pas exactement où ni quand ni pour combien de temps ! (Vous avez dit indécis ? Procrastinateurs ? Débordés par le quotidien ? Voui, c'est à peu près ça !). On sait que l'on veut aller en Australie. On aimerait beaucoup revoir la Nouvelle-Zélande. On doit rendre visite aux parents de Matt en Géorgie, aux USA. Et puis on adorerait faire un tour au Costa Rica, ainsi qu'en Nouvelle-Calédonie...

Bref, dans notre tête, comme dans nos cœurs et dans notre vie, à ce moment T, c'est le foutoir.

Et puis là, c'est pas pour dire, mais il est 11h40, nous avons déjà 30 minutes de retard pour notre rendez-vous à Fontainebleau... Je presse mon cher et tendre d’accélérer le rythme quand soudain... là, sous mes yeux, sur mon écran, se matérialise un billet d'avion. LE billet d'avion ... Un aller simple pour Atlanta, 240 euros soit 340 euros avec le bagage... Le must ! En l'espace de 5 minutes, on se décide. On ira d'abord aux USA, puis ensuite ... bah, on verra bien dans quelques jours !

 

Mercredi 11 janvier 2017 :

 

Nous avons des papillons dans le ventre (enfin... entre une petite gastro pour Matt et le gros stress pour moi, je ne sais pas vraiment si l'on peut appeler ça des papillons ... amis de la poésie bonsoir !). Nos sacs à dos sont prêts depuis ce matin (la procrastination, vous vous souvenez ?). On dit au revoir à tout le monde. Un gros bisou au frère, à la sœur, au papa, à la maman et à la grand-mère, et on s'envole !

 

Sauf que ... pour un billet aussi peu cher, il y a des concessions à faire. Dans notre cas, au lieu des habituelles 10 heures de vol, ce seront quelques 50 heures de voyage pour arriver à destination... Un périple vous dis-je !

 

Nous embarquons donc à 15 heures à l’aéroport de Mérignac pour arriver à London Stansted 1h30 plus tard. De là a commencé une longue, une TRÈS longue attente de 17h30... Et dans cet aéroport, dans cette ville, la nuit, y a RIEN à faire.

Les 5 premières heures ont été interminables. Les 12h30 suivantes l'ont été encore plus. Pour dormir, il a fallu se battre. Les places sont chères sur les banquettes. 

Matt a réussi à dormir de 2h à 6h. Ma nuit a commencé à minuit pour se terminer à 3h quand j'ai voulu aller aux toilettes et qu'à peine levée (littéralement hein ! 20 secondes après que je me sois mise en position debout, encore devant mon spot) un couple de Russes (ou Ukrainiens, ou Polonais... de part là-bas !) a complètement pris possession de mes quartiers ! Bye bye le reste de la nuit !

 

A 9h30, nous avons embarqué encore avec Ryanair direction ... Olso ! 1h20 plus tard, quelques 5h45 d'attente nous ont scotchés dans un terminal assez dépouillé et froid. C'est là que nous avons appris que la compagnie qui allait nous transporter outre-atlantique, Norwegian Airlines, ne fournissait pas de plateau-repas (sauf si réservé avant, ou sinon des snacks...), pas d’écouteurs (il faut les acheter dans l'avion), pas de couverture (à l'achat aussi !). Compagnie low-cost bonjour !

 

Ceci dit, ce fut un vol très agréable malgré quelques turbulences, avec un staff super sympa, un avion flambant neuf dans lequel il fait bon planer (et c'est une phobique qui vous le dit !)

10 heures de vol, et nous avons atterri a Orlando.. La sécurité a été une vraie plaie a passer, comme d'habitude...

 

Après presque 38 heures de voyage, nous avons encore dû attendre 7h30 à Orlando. Quand on y arrive, après avoir fait Londres et Oslo, on sait que l'on est passé de l'autre coté. L’aéroport en lui-même est un gigantesque centre commercial. Chaque pays a une odeur quand on y arrive, une odeur un peu typique. En Irlande, c'est l'odeur du charbon qui brûle dans l'air. En Ecosse, c'est un peu iodé. Aux USA, c'est l'odeur de friture. Et puis, quant on met un pied dehors, en Floride, c'est l'odeur du Golfe, de l’océan, le tout dans une atmosphère humide, unique.

 

Bref, cela a encore pris 40 minutes d'avion jusqu’à Atlanta, 45 minutes de train, 1 heure d'attente puis 40 minutes de voiture ... avant... D'ARRIVER !!! 

 

Après réflexion, nous ne prendrons plus de temps de voyage aussi long pour sauver quelques 200 euros. Cela ne vaut pas le coup. Trop de temps perdu, trop d'attente, trop d'ennui malgré tous nos livres et jeux de cartes. 

 

En même temps, je dis ça mais ... bah ... nous vous raconterons notre périple vers l'Australie !

carte-voyage-france-londres-oslo-orlando-atlanta-cumming
Une sacré distance parcourue !

Infos utiles

Site Internet pour les billets d'avion : www.kiwi.com


<------- Partagez sur Pinterest ! ------->


<------- Partagez autour de vous ! ------->


<------- Qui nous aime nous suive ! ------->